Pokémon Go, puis quoi encore ?

Pokémon Go par-ci, Pokémon Go par-là, je ne comprends pas toute cette excitation autour du jeu. La première fois que j’en ai entendu parler, c’était quelques jours seulement avant sa sortie officielle, lorsque des youtubeurs français s’étaient lamentés de n’avoir pas été invités à une convention de jeux vidéos où l’application allait être présentée.

 

Source: youtube.com

Source: youtube.com

Je n’ai pas vraiment cherché à savoir ce que c’était jusqu’à ce que, quelques jours plus tard, ma timeline sur Twitter en fût envahie : Pokémon Go ci, Pokémon Go ça … à tel point que je me suis demandée s’il ne serait pas mieux que je reste loin des réseaux sociaux pendant un moment, le temps que ça se calme.

Pokémon Go, c’est quoi ?

Bien sûr, je connais Pikachu le Pokémon, mais ça s’arrête là. Donc, qu’est-ce que c’est que ce Pokémon Go ?

C’est un jeu de réalité augmentée. La réalité augmentée permet de voir en temps réel un environnement physique réel auquel est ajouté des éléments (sonores, vidéos, graphiques ou données GPS) générés par un ordinateur. Il se différentie de la réalité virtuelle par le fait que dans ce dernier, l’environnement est entièrement simulé.

Le but du jeu est de récupérer des petits monstres. L’application utilise le GPS de l’appareil pour notifier l’utilisateur quand ce dernier se trouve à proximité d’un ‘petit monstre’, tout en activant l’appareil photo. Ceci peut se faire  n’importe où et n’importe quand. Elle est téléchargeable sur iOS et Android.

Le jeu a été lancé en Australie et en Nouvelle-Zélande le 5 Juillet, aux Etats-Unis le 6 Juillet, et au Canada le 17 Juillet. Sa sortie en France, prévue le 15 Juillet, a été reportée suite aux attentats à Nice. En seulement quelques jours, les téléchargements dépassent largement ceux des applications de réseaux sociaux populaires tels que Facebook, Snapchat, Twitter ou encore Whatsapp.

De nombreux incidents depuis sa sortie

Aux Etats-Unis, on recence plusieurs cas :

En Australie, un poste de police a été envahi par des joueurs car c’était un Pokespot. La police a dû publier un communiqué sur Facebook pour les informer qu’ils n’ont aucun besoin de s’introduire dans le poste de police pour récupérer leurs monstres, et de rester vigilant surtout au moment de traverser les rues. Même histoire en Turquie, mais cette fois dans une mosquée.

Comme en toute chose, il y a bien évidemment les extrêmistes, comme ce néo-zélandais qui est allé jusqu’à quitter son travail pour pouvoir courir après les Pokémon autour du monde. Je me demande par quel moyen il finance ce voyage autour de la terre. Je ne pense pas que le métier de barman permette d’économiser tant que ça.

Dans certains cas, des joueurs ont plutôt trouvé … des cadavres dans leur quête ; comme si cette jeune femme aux Etats-Unis qui a quand même eu la présence d’esprit d’appeler la police, avant de continuer tranquillement sa quête ; ou encore ce jeune homme au Danemark en plein milieu de la nuit.

Pourquoi toute cette excitation ?

Pour commencer, je trouve l’idée d’aller courir après des petits monstres virtuels dans la rue, l’œil constamment rivé sur son smartphone, grotesque ; encore plus si c’est un adulte qui s’y mets. Certes, l’application fait sortir les gens de chez eux mais si c’est pour pouvoir être heurtés par le premier véhicule qui passe, à quoi bon?

 

Ensuite, au niveau sécurité et vie privée, pour pouvoir installer l’application sur Android, il est nécessaire de lui donner un accès complet à son compte Google. Pour pouvoir jouer, il faut donc lui permettre de modifier et d’accèder à (presque) toutes ses informations personnelles. Je comprends que l’application ait besoin d’accéder à la localisation et à la caméra pour fonctionner correctement, mais pour le reste je ne vois pas.

Pour tout dire, tout cet engouement autour du jeu me dépasse complètement. Et j’ai peur que toutes ces avancées technologiques en réalités virtuelle et augmentée nous absorbent tellement qu’on en oublie de vivre.

6 Commentaires

  1. J’ai entendu parlé de ce jeu. Pour une prémiere fois, je voulais essayer de voir ce que sait, mais je crois que ça ne vaut plus la peine. Lool.

  2. Je trouve l’idée cool quand-même! 🙂 Pour infos, des hackers ont déjà réussi à créer une carte qui localise tous les pokémons, vous pouvez consultez l’article sur 01net 😉

    1. ça aurait pu être cool, si ça ne mettait pas en danger la vie des gens (et leur vie privée). Pour les accidents, ce n’est probablement pas la faute des créateurs, mais ils auraient quand meme pu prévoir 🙂

  3. Eh eh eh minute papillon, POKEMON, les « petits monstres » s’appellent des pokémon. MDR! Z »êtes jamais contents, pour une fois qu’un jeu permet de bouger un peu! ( A la décharge du monsieur et son Roucool, c’est vrai que ça court pas les rues, un roucool, c’est moi qui te le dis).

    En tout cas, tu as bien raison pour la question sécurité des données personnelles quand même, ça sent un peu l’arnaque à la Big Brother…Cela dit, on est nombreux à avoir carrément grandi aux pokémon, à toutes les sauces, donc molo sur la critique, des fois qu’un Pokéfan (oui le mot existe) – qu’un pokéfan ultra et extrémiste serait dans ton coin 😀

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *