#Mondochallenge : Dix solutions pour plus d’égalité entre femmes et hommes

Étiquettes
6 mars 2019

#Mondochallenge : Dix solutions pour plus d’égalité entre femmes et hommes

S’il y a un proverbe dans la langue Malagasy (langue parlée à Madagascar) que je n’aime pas du tout c’est bien: “Fanaka malemy ny vehivahy”. Ceci signifie que la femme est un meuble fragile. On nous l’enseigne à l’école dès notre plus jeune âge. Il peut faire même l’objet d’une dissertation. On acquiert alors cette notion d’inégalité très tôt. Pour pouvoir alors arriver à un certain semblant d’égalité entre femmes et hommes, il faudrait changer les bases même de la société dans laquelle nous vivons actuellement. Le chemin est encore long je pense, ce qui ne m’empêche pas de proposer dix solutions pour nous rapprocher de cette égalité des genres.

  1. Éduquer ses enfants pour qu’ils deviennent des adultes responsables

Petit à petit, l’oiseau fait son nid comme on dit. Les changements doivent donc commencer dans chaque foyer. Il faudrait, en particulier, modifier la façon dont les enfants sont élevés. Les parents et les enseignants ont tendance à traiter les enfants différemment selon leur genre. D’un côté, on pardonne plus facilement les bêtises du petit garçon car “c’est un garçon”, mais d’un autre côté, on est plus sévère envers les filles. Une fille ne doit pas agir comme-ci, une fille ne doit pas parler comme ça… Et surtout, on octroie aux garçons plus de liberté mais on leur apprend qu’un garçon doit être “fort” et ne jamais montrer de signes de vulnérabilité, car la vulnérabilité et la faiblesse, “c’est pour les filles”.

On devrait plutôt leur apprendre à être respectueux envers tout le monde car tout le monde est égal. Il faudrait aussi leur faire comprendre ce qu’est la responsabilité et à assumer les conséquences de leurs actes. Ce n’est pas parce que tu es un garçon que tu peux (mal) agir impunément.

  1. Apprendre aux filles surtout: qui aime bien ne châtie pas

La violence n’est en aucun cas un signe d’affection dans un couple. C’est pourtant ce qu’on fait croire aux femmes dès le plus âge: « qui aime bien châtie bien », disent-ils. On éviterait bien des maux si on commençait par leur apprendre que rien n’excuse la violence.

  1. Apprendre aux jeunes filles à être indépendantes

Les hommes ne sont pas là pour subvenir à leurs besoins matériels. Elles ne sont pas des demoiselles en détresse. Quand on veut quelque chose, on travaille pour l’avoir.

  1. Apprendre aux garçons à être aussi indépendants

Les tâches ménagères ne sont pas « faites pour les filles ». Tout le monde porte bien des vêtements, tout le monde a besoin de manger et tout le monde vit à la maison. Par quelle logique donc se fait-il que lorsqu’il faut cuisiner ou nettoyer, ça devient exclusivement l’affaire des femmes et des filles?

Beaucoup de garçons sont habitués à ce que leur mère et/ou leurs sœurs leur préparent à manger et nettoient après eux. Une fois mariés, ces tâches vont incomber à leur femme ensuite. Dans une société où la femme aussi bien que l’homme travaille pour subvenir aux besoins de la famille, de telles pratiques sont pour le moins… archaïques.

  1. Les médias sont un puissant outil, qu’on l’utilise à bon escient

Les chansons populaires, les films et les dessins animés sont des moyens puissants pour délivrer des messages. La plupart du temps cependant, les femmes y sont représentées comme des petits êtres sans défense jusqu’à ce qu’un « prince » vienne les sauver. Les enfants passent beaucoup de temps devant la télé, et ce genre de message influe sur leur manière de penser plus tard!

On devrait plutôt délivrer des messages du genre « aide-toi, le ciel t’aidera ».

  1. Une réforme dans le sens qu’on donne aux noms féminins

Une chanson m’a bien marquée étant plus jeune âge. Elle présente en effet l’énorme différence qu’il y a entre le sens d’un nom masculin et celui de son équivalent féminin. Je laisse la vidéo expliquer.

  1. Les femmes ne sont pas des objets et les hommes n’ont aucun droit de propriété sur elles
  1. Les hommes devraient participer également à l’éducation de leurs enfants

S’occuper des enfants n’est pas seulement l’affaire des mamans.

  1. Il n’y a pas de cursus ni de métier exclusivement réservé à un genre ou à un autre

Le seul critère qui doit compter dans le choix d’une filière d’études ou d’un travail devrait être les compétences de la personne. On devrait arrêter de faire croire que le domaine scientifique est réservé, tandis que les femmes devraient choisir des filières littéraires. Que chacun soit libre de choisir ce qu’il veut faire dans la vie car sans ces préjugés, à la base, tout le monde a les mêmes chances de réussir.

  1. À qualifications égales, rémunération égale

Toute peine mérite salaire. Je trouve aberrant le fait de baser les salaires sur le genre d’une personne, au lieu de ses aptitudes.

La notion d’inégalité entre les femmes et les hommes est profondément ancrée dans chacun de nous. Le degré dépend de chaque personne. Pour arriver à un point où l’on peut dire qu’il y a effectivement égalité entre les deux genres, chacun doit y mettre du sien. Pourquoi donc ne pas commencer par ce petit top 10?

Partagez

Commentaires

Mawulolo
Répondre

Joli billet...
Comme je le dis dans le mien c'est une affaire à régler autant par les femmes que les hommes...
Merci Sophie