Diégo-Suarez, la ville méconnue de la zone Euro

Nous connaissons la zone Euro comme étant une zone monétaire regroupant les pays de l’Union Européenne qui ont adopté l’euro comme monnaie unique.

Dernièrement, de plus en plus de points de vente à Diégo-Suarez, affichent leurs prix en Euros, et seulement en Euros, pour la location ou l’achats de biens mobiliers ou immobiliers. Il en va de même pour les prix dans les affiches à la bibliothèque ou au supermarché.

Un vélo, par exemple, se loue 15 € la journée et on peut louer des appartements à partir de 500 €. Il en va de même pour l’achat de maisons et de terrains et je ne vais même pas m’amuser à dire les prix car ils dépassent largement les possibilités de 99% des Malagasy.

Même avec Air Madagascar, la compagnie aérienne nationale, l’achat en ligne des billets d’avion se fait uniquement en Euros, même pour les vols intérieurs. Il me semble plus convenable d’afficher les prix seulement en Ariary pour les vols intérieurs, et de laisser le client choisir la devise qu’il veut utiliser pour les achats sur les vols internationaux.

Des billets en Ariary et en Euros

Des billets en Ariary et en Euros

Ceci signifierait-il que ces biens sont seulement destinés à ceux qui ont des Euros? Ou que peut-être nous faisons partie de l’Union Européenne mais qu’on ne nous l’a pas dit?

L’Ariary étant toujours la monnaie utilisée par les Malagasy. Par respect pour ceci et pour le pays j’estime que la moindre des choses serait d’afficher tous les prix de vente à l’intérieur du pays en Ariary. Le prix en Euros devrait être affiché seulement en complément, car pour commencer, ce n’est pas notre monnaie.

À propos de l'auteur

Sophie

Je suis native de Madagascar. J’adore voyager, découvrir de nouveaux horizons. J'aime beaucoup écrire et à mes heures perdues, je préfère la lecture à la télévision. Parmi mes auteurs préférés, je cite Agatha Christie, Dan Brown, Marc Levy et Ken Follett. J’aimerai avoir l’opportunité de contribuer à l’émancipation des femmes et à l’égalité des genres, et à encourager les femmes à opter pour des carrières dans les sciences.

Archives par auteur

2 Commentaires

  1. Hello Sophie,
    Je crois comprendre ton analyse.
    Il y a quelque part, parlant de Vola (argent en Malgache), la vola-tilité de la monnaie Ariary. Elle fluctue à un rythme dont seul le gouverneur de la BCM connait l’équation (Enfin, j’espère qu’il le connait) que les entreprises préfèrent indexer le prix d’un bien/d’un service sur une référence plus stable.

    Quelque part aussi, si les clients s’y retrouvent … le problème de la place de la monnaie est ailleurs que chez les commerçants.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *